Rechercher
  • OJEDA GROUP BTP

HOUZZ : Projet Skyfall

Avant/Après : La renaissance d’une maison abandonnée de 170 m2

-

Agnès Carpentier



C’est à Meudon, en proche banlieue parisienne, que cette famille cherchant à s’agrandir, achète début 2021 une maison d’environ 170 m² avec jardin. Le choix n’est pas banal car la bâtisse début de siècle, construite sur trois niveaux, est à l’abandon depuis de nombreuses années. Pire, la moitié de la superficie n’a même jamais été aménagée ! Le propriétaire flaire le potentiel mais reste à trouver l’entreprise pouvant donner vie à son projet. Grâce à la plateforme Houzz, cette lourde tâche se trouve bien facilitée par le service “Trouver des pros” qui le guide vers une entreprise tout corps d’état des environs, exposant des photos de projets bien maitrisées et qualifiée d’avis clients enthousiastes. Après un premier rendez-vous concluant, les travaux commencent moins d’un mois plus tard. Retour sur six mois de chantier menés tambour battant pour un résultat qui donne envie de se lancer dans ce type d’expérience.


Coup d’œil

Qui vit ici : C’est la maison d’une famille avec deux petits garçons (5 ans et nouveau-né).

Emplacement : Meudon

Superficie : 170 m²

Livraison : Septembre 2021 après six mois de travaux

Entreprise tout corps d’état : Ojeda Group Btp, une entreprise familiale fondée par Roberto Ojeda, et codirigée par Angelo Ojeda, son fils, et Alessandra Ojeda qui est architecte dans l’entreprise.

Budget : 210 000 euros TTC

Budget détaillé en fin d’article



Depuis la rue, la bâtisse de briques présente un unique étage tandis que de l’autre côté, le sous-sol se mue en rez-de-jardin, en suivant le dénivelé du terrain. Dans cette maison vaste et atypique, le travail était conséquent car sur la douzaine de pièces qu’il était possible de dégager, cinq à peine avaient été aménagées par les anciens occupants qui avaient quitté les lieux depuis bien longtemps. Le reste était à l’abandon. « La maison semblait avoir une extension qui n’avait jamais été finie. Dans la partie au-dessus du garage et dans tout le niveau bas, les murs de briques étaient bruts. Il y avait même encore le tas de charbon »,se remémore Alessandra Ojeda, architecte de l’entreprise générale de bâtiment Ojeda Group Btp.


Le rez-de-chaussée comprenait un garage et trois pièces séparées, cuisine, salle à manger et salon. La cage d’escalier était entièrement cloisonnée à l’entrée avec deux accès : le premier près de la porte menait à l’étage supérieur et, un second, à l’orée de la salle à manger, descendait au sous-sol.

Le propriétaire – qui travaille dans une activité connexe à l’univers du bâtiment – s’était déjà bien projeté, ayant même pris contact avec la mairie pour connaître les dispositions d’urbanisme en vigueur. Très vite il a fourni à l’entreprise Ojeda des directives d’aménagement précises pour repenser toute la maison. « Notre client n’avait pas besoin d’un professionnel de l’aménagement pour repenser les volumes mais de plans d’exécution précis pour donner corps à ses idées », explique Alessandra. Celle-ci a donc mis ses compétences d’architecte à sa disposition et a également géré le dépôt de la DP (déclaration préalable) auprès de la mairie, nécessaire lorsqu’il y a modification des ouvrants et façades. L’entreprise a aussi mandaté un BET (Bureau d’études techniques) pour déterminer quels murs pouvaient être abattus.


Désormais, dans le couloir d’entrée, un claustra sert de porte à l’accès vers le sous-sol et minimise l’impact visuel de l’escalier d’une façon contemporaine. Sur sa droite, un meuble vide-poches a été réalisé sur semi-mesure, avec portes laquées noir en usine et habillé d’une niche en chêne lamellé collé.



Ojeda Group Btp En ce qui concerne la cuisine, le propriétaire ne souhaitait pas modifier son emplacement mais était en attente d’une proposition qui modernise l’espace. Elle a été concoctée façon boîte pour créer une zone bien distincte – soulignée par la couleur noire – sans cloisonner l’espace. La réalisation est basée sur des caissons standard, habillés de portes en médium laqués en usine et personnalisée par quelques meubles sur mesure, à l’instar du bar avec ses rangements pour CD. Les plans de travail sont en stratifié.

La bonne idée ? Le remplacement de la séparation en maçonnerie par une cloison meublante, aménagée recto verso, avec un dressing dans l’entrée et un élément pour le micro-ondes et la machine à café côté cuisine.



Dans cette cuisine, les conseils avisés de l’entreprise ont permis de générer de belles économies. « Là où les fournitures seules se seraient montées à 15 000 à 16 000 euros chez un cuisiniste nous en avons eu pour 8000 euros auxquels se sont ajoutés 1800 euros de pose », affirme en effet Angelo. Ce qui a permis à la famille de se faire plaisir avec un électroménager de qualité. « Le propriétaire a choisi par exemple une plaque à induction Bora avec hotte intégrée à plus de 1000 euros », poursuit-il.


Le salon cloisonné a été complètement ouvert sur la salle à manger et la cuisine pour former une vaste et chaleureuse pièce de vie. Comme dans toutes les pièces, murs et plafonds de cette vieille bâtisse ont été isolés par l’intérieur sur une épaisseur de huit centimètres environ. Ces doublages Placo ont également permis de tirer les nouveaux réseaux d’électricité et plomberie. « Les saignées sont interdites dans les murs de briques », rappelle en effet Angelo.



Le point d’orgue du salon est sans conteste cette menuiserie qui couvre un pan de mur complet. Au niveau de la fenêtre, elle se transforme en assise et cadre architecturalement la vue sur la terrasse et le jardin. Elle a été pensée par le propriétaire qui s’est servi des photos d’inspiration de Houzz pour affiner son projet. Alessandra, l’architecte, l’a ensuite épaulé avec ses plans d’exécution pour créer cette menuiserie à base de caissons de cuisine, de portes sur mesure et d’encadrements en chêne massif qui rehaussent les niches. « Nous avons même fait un rendez-vous avec notre architecte d’intérieur pour définir les meilleurs matériaux et couleurs d’ensemble », explique-t-elle. La télévision a été placée discrètement dans un angle, derrière l’escalier. Un petit meuble sur mesure a été fabriqué par le menuisier de l’entreprise.

Ojeda Group Btp La montée d’escalier connecte directement, et logiquement, la pièce de vie avec l’étage. C’est pourquoi le propriétaire ne voulait pas garder la descente vers le sous-sol à cet emplacement.




À l’achat de la maison début 2021, l’étage était composé par deux pièces (bureau et chambre) et une douche. Sur la gauche du plan, le grand volume qui correspondait au dessus du garage, n’avait jamais été exploité. Le propriétaire a réussi d’emblée à se projeter et a pressenti que ces volumes inoccupés seraient parfaits pour faire deux chambres d’enfants avec salle de bains supplémentaire.


Depuis la montée d’escalier d’origine, voilà la trappe qui permettait d’accéder à la partie au-dessus du garage. Cette grande pièce était bien contiguë au premier étage de la maison, mais n’y était pas reliée, d’où la difficulté pour se projeter dans son aménagement. Cette configuration atypique avait probablement freiné de nombreux acquéreurs.


Voici le nouveau palier, bien agrandi et éclairci. Grâce au changement de côté de l’escalier et au décloisonnement du dessus du garage, il dessert désormais les trois chambres, le bureau et la salle de bains enfants.


La « master bedroom » a été pensée façon suite dans les pièces d’origine. Elle a pris place dans l’ancienne chambre parentale. Fabriqué sur mesure, un grand dressing en pied de lit occupe le pan de mur entier, ce qui le rend discret.


La salle de bains parentale a été placée au niveau de la douche d’origine.


Le dessus du garage se présentait comme une grande pièce traversante. Son aménagement n’avait jamais été terminé.

Le père de famille avait imaginé à sa première visite pouvoir faire deux belles chambres et une salle de bains pour ses deux garçons et l’entreprise tout corps d’état lui a prouvé qu’il avait eu raison d’y croire. Cette partie est devenue la chambre du plus jeune, né pendant les travaux. Un canapé dans une chambre de bébé est très pratique. Un parent peut s’installer confortablement pour le surveiller, lui donner le biberon ou encore allaiter. Voire dormir tout près s’il est malade. Des rangements ont été intégrés dans les chambres. Ce placard est installé en quinconce avec celui de la salle de bains et, ainsi, n’impacte pas le volume de la pièce. « Il a été a réalisé sur mesure avec des portes invisibles, à fleur de mur, et un intérieur en menuiserie haut de gamme », souligne Angelo.



La salle de bains des enfants a pris place entre leurs chambres. Elle a été équipée d’une baignoire que les parents ont estimée plus pratique pour laver leurs enfants en bas âge. « C’est une baignoire carrée comme une baignoire japonaise ! Elle est pratique pour laver les deux enfants en même temps », révèle le pro.



Le sous-sol était purement et simplement laissé à l’abandon. Nous avons malheureusement peu de visuels des travaux réalisés dans cette zone mais il a été mis à profit avec une buanderie, une salle de sport et une chambre d’amis avec sa salle de bains. La tâche était lourde car le sous-sol n’avait jamais été aménagé. Le tas de charbon, encore sur place, témoignait d’un usage lointain. « Nous avons fait dans cette zone des travaux très importants, notamment une remise à niveau des sols avec ragréage complet et changement de tous les accès vers l’étage et l’extérieur », précise Angelo.


Cette salle de bains de la chambre d’amis a été réalisée pile à l’endroit de l’ancien tas de charbon. L’avant/après témoigne du travail accompli. Six mois de travaux ont été nécessaires pour mener à terme cet important chantier de rénovation intégrale, dont l’entreprise Ojeda ne garde que de bons souvenirs. « On adore travailler pour des gens motivés et sympas. Ça nous encourage à nous dépasser ! », conclut Angelo.